Mental

Le lien MENTAL-MUSCLE

miniature_lementaldubougmuscu

Un sujet qui me passionne

L’application du mental dans la musculation est quelque chose que je trouve profondément intéressant. J’ai pu voir dans mon métier en hypnose l’étendue de la puissance de notre esprit, et il m’arrive encore chaque semaine d’être bluffé par ce dont est capable le cerveau humain.

Appliquée à la musculation, l’utilisation optimale du mental peut permettre :

  • de dépasser ses performances en terme de force
  • de progresser en hypertrophie musculaire (volume musculaire/esthétique) beaucoup plus rapidement
  • de conserver un haut niveau d’énergie à l’entraînement et en dehors
  • de suivre un plan alimentaire parfois restrictif sans jamais craquer sur le pot de Nutella
  • de s’entraîner plus efficacement, sur un temps plus court
  • de se sentir bien tout au long de sa progression (parce que oui, c’est quand même ça qui est important dans la vie : se sentir bien)

Dans cet article, j’ai décidé de te parler de la manière d’employer ton mental pour booster ton hypertrophie musculaire. Je parle ici de contraction volontaire.

Une expérience a été menée en hypnose dans laquelle deux groupes de personnes (A et B) ont été employés. Le groupe A faisait de la musculation des biceps pendant 30 jours, tandis que le groupe B faisait un exercice d’imagination dans lequel il leur était demandé de se « voir » en train de faire le même exercice de biceps que le groupe A, pendant 30 jours également. Ils ne le faisaient qu’en pensée, dans leur tête. Des personnes étaient chargées de vérifier que les sujets du groupe B ne contractaient pas les biceps lors de l’exercice, et qu’ils restaient entièrement relâchés. A la fin de l’expérimentation, on observait un gain de 30% de masse musculaire chez le groupe A, et un gain de 14% de masse musculaire chez le groupe B. Oui. C’est énorme.

Que peut-on en conclure ?

Et bien, simplement que le mental participe dans la moitié ou presque du gain musculaire ! Quand j’ai appris cela, j’ai totalement changé ma façon de m’entraîner, désormais, je ne vais à l’entraînement que si c’est pour donner 100% de mon corps et de mon esprit.

C’est pour quoi je voulais te parler de la contraction volontaire. Si tu commences à apprendre à mettre tout ton mental dans ton muscle, au moment de la contraction, tu fais l’alliance entre ce qu’a expérimenter le groupe A et ce qu’a expérimenter le groupe B. Alors comment mettre ton mental dans ton muscle, me diras-tu ? Pour cela, il faut simplement que tu prennes conscience à 100% de la contraction, et même au-delà, il faut que la contraction du muscle SOIT le but de ton mouvement.

Bien souvent, le but que l’on a en tête lors d’un exercice de musculation est de soulever la charge de travail un certain nombre de fois. Or, il est plus efficace d’avoir pour but de contracter le muscle au maximum, ce qui, de manière secondaire, aura pour conséquence de soulever la charge de travail. Perçois-tu la nuance que je fais entre les deux ? Elle est capitale.

Il se trouve que pour certains muscles, il est très simple de les contracter volontairement. La plus part des gens savent contracter leur biceps par exemple. Mais à l’inverse, cela devient un véritable travail de longue haleine d’apprendre à contracter volontairement ses deltoïdes (épaules) ou ses dorsaux (dos). Et il est nécessaire de commencer au plus tôt à tenter de les contracter volontairement. Tu verras qu’il devient de plus en plus facile de le faire à mesure que tu prends de la masse musculaire. En effet, tu as surement déjà remarqué comme il est difficile pour la plus part des gens de faire bouger leur pectoraux alors que toutes les personnes athlétiques, elles, le font sans problème.

Désormais, à l’entraînement, concentre toi sur cette idée de contraction volontaire, quitte à mettre moins de poids, tu verras que tes résultats en terme de gain de volume et de masse seront excellents !

Je te laisse avec ma vidéo qui traite de ce sujet, j’y aborde l’expérimentation dont je t’ai parlé ainsi que d’autres sujets tels que vaincre la procrastination des débuts, ou mieux gérer son stress en période de diète.

Dans la meme veine

Sois le premier a commenter !

Laisse un commentaire